ARCHIVES

OK (3)

Réserve Duchénier : La Saint-Jean en canot-camping dans la Réserve Duchénier


Les iris versicolores, en bouquets ou en solitaires, étaient épanouis le long des berges. Ces jolies taches bleues, emblème du Québec, captaient la lumière pour mieux nous rappeler à notre fibre patriotique.

Au premier plan sonore de la fanfare, les grives. S’élevait à l’occasion le solo du roitelet à couronne rubis, un long chant en trois séquences qui ravit le cœur de l’auditoire. Parulines de toutes catégories, moucheroles et mainates complétaient l’orchestre des sous-bois. Sarcelles, grand héron et huart… emblème unitaire de notre économie… composaient la faune ailée des longs plans d’eau que nous naviguions.

Vous reconnaissez Fabien, Sylvie et Jean-Guy? C'étaient mes compagnons sur l'Île-aux-Lièvres l'an dernier.

En effet, les lacs insérés dans cette portion des monts Notre-Dame empruntent des couloirs orientés nord-nord-est. Ils se suivent en chapelet : lac Croche, lac Lâche, lac aux Cèdres, lac à la Perche.  Un portage de 50 mètres, entre les deux premiers lacs, offre l’occasion de pique-niquer.

Au camping de la Pointe à Simmon, il y a une structure qui n'attend qu'une bâche pour abriter ses occupants.

Sur le parcours, quelques pointes sont aménagées pour camper. Le goût de la farniente des uns et les limites de mobilité de mon amoureux nous ont fait opter pour le camping du lac à la Perche, à environ huit kilomètres du départ.

Avis aux intéressés : de notre camping, un portage de 350 m permet de remettre à l’eau sur le Grand lac Touladi pour poursuivre le circuit en sens inverse (S-S-O), dans le couloir voisin de lacs, jusqu’à l’accueil au Village Scott (à proximité de l’entrée dans la réserve par Saint-Guy).

Toutes les occasions sont bonnes pour piquer un somme.

 

 

 

 

 

 

Nous nous sommes quant à nous contentés de passer la journée du dimanche à relaxer. Baignade, sieste, tour du lac en canot, lecture, etc.


Puis, apéro et souper : soupe au cerfeuil et autres herbes du jardin, rôti de veau cuit sur la grille, pommes de terre en robe des champs dans la cendre, ratatouille de zucchinis précoces de mes plantations sur couches chaudes, fraises locales. La « grosse misère » !

Récemment, lors d’un colloque sur la culture forestière, une dame, pour imager le lien que nous entretenons avec la forêt, suggérait que celle-ci était un atelier pour les uns, pour d’autres, leur garde-manger, pour de plus rares, la pharmacie, et pour d’autres encore, dont je fais partie, l’église. Puissent tous les jours être dimanche, et tous les dimanches me mener en forêt!

Réserve faunique Duchénier

1500 ch. Duchénier

Saint-Narcisse-de-Rimouski

G0K 1S0

Tél. : 418 735-5222

Fax : 418 735-5274

Demander à parler à Charles Tremblay


Nathalie Le Coz


3 commentaires


3 juillet, 2012 à 17 h 03 min

Sylvie Michaud dit:

Toujours le mot juste et la photo éloquente! Une belle découverte cette réserve Duchénier! Merci pour tout!

17 juillet, 2012 à 14 h 30 min

Jean-Guy Chouinard dit:

Mon Dieu comme il serait bon de piquer un somme dans un lieu semblable!

19 juillet, 2012 à 9 h 21 min

Tommy Bernier dit:

wow… ça l’air vraiment intéressant et magnifique comme endroit. J’ai bien aimé les vidéos placées dans cet article. Si je peux me le permettre, j’ai aussi fait du canot-camping dans le Parc des Appalaches, non loin de chez vous.. C’est aussi un magnifique endroit… Faites-y un tour! http://www.parcappalaches.com/fr/randonnees-pedestres/activites/activites-nautiques/canot-camping/

Écrire un commentaire