ARCHIVES

DSCF9933

 

Voilà La Richardière, le traversier. Mais nous prendrons le bateau taxi.

Il fait 28o le matin à Rivière-du-Loup. Ça veut dire 34o à Montréal. On quitte pour l’île Verte. Sacs à dos, vélos, tout pour faire dodo, et nous voilà au quai d’embarquement.

Jacques Fraser, capitaine.

Jacques Fraser fait du bateau-taxi depuis des lustres. Si vous voulez rencontrer ce sympathique capitaine résidant de l’île, faites-vite! sa petite-fille semble avoir hâte de prendre la relève.

Aborder cette île, c’est comme boire un filtre à remonter le temps. Je me rappelle le début de Jour de fête, un film de Jacques Tati tourné en 1949, où un facteur, qui livre son courrier en vélo, court à travers la campagne française pour rattraper son vélo qui roule tout seul, et tombe moelleusement dans un fossé en fleurs. Je parierais que Gilles Carle, qui a longtemps habité l’île, a déjà fait ce lien, et que c’est ce genre de fossé qui lui a inspiré une certaine Bernadette à découvrir sa vraie nature! 

Les bords de l’unique route de l’île, de ce juillet 2012, ne démentent pas la beauté de la continuité des choses. Samedi dernier, ils exhalaient un mélange de parfums de trèfle, de vesse jargeau, de silène enflée, de bouton d’or, de marguerite, d’épervière, d’onagre, d’épilobe, etc., etc. Par taches, dominait l’arôme des buissons d’églantiers qui colorent les rives du fleuve.

Parlant fleurs, le Myosotis est ici un camping situé du côté nord de l’île, face au Saguenay et aux dunes de Tadoussac. C’est aussi une halte désignée de la Route bleue. Avis aux kayakistes!

J’y ai rencontré un couple et leur enfant qui y passent tout l’été. Et sur la grève, autour du feu, j’y ai vécu un moment de bonheur.

 

Cette année, je ne suis pas allée au phare. Mais, la visite en vaut la peine et le coup d’œil. Après tout, c’est le premier phare érigé sur le fleuve, en 1809. Les Français croyaient que le meilleur rempart pour défendre Québec en Nouvelle-France était le fleuve, si difficile à naviguer. Mauvais calcul… C’est donc sous domination britannique qu’on construira des phares sur le Saint-Laurent.

 

Sur cette île, le silence est tel qu’on entend couler et clapoter le fleuve en divers courants bien définis. On entend souffler les baleines et ronronner les cargos sur la voie maritime au loin. Moi, j’aime!


Nathalie Le Coz


1 commentaire


6 août, 2012 à 18 h 18 min

Melanie et Esther Blier dit:

Nous y étions vendredi dernier pour le célèbre Sentier de la bouette ! Une tonne de fous rires à renouveler année après année !

Écrire un commentaire