ARCHIVES

Guillermina Kerwin, Catherine Allard et Caroline Lavigne au prmier acte. (Photo : Steve Leroux)

À mon tour de casser la glace bien qu'avec la température des derniers jours, elle serait plutôt en train de fondre!

Avant tout, il faut savoir que je ne suis pas un critique de théâtre, de cinéma ou littéraire. Je suis avant tout un bon public. Je désire simplement vous faire partager le plaisir que j'ai eu le mardi 5 juillet dernier à l'occasion de la première de la pièce Jeux doubles présentée au Théâtre du Bic.

Interprétée par quatre comédiennes connues et reconnues du public, Catherine Allard, Guillermina Kerwin, Caroline Lavigne et Fanny Mallette, cette pièce écrite par Cristina Comencini et mise en scène par Jacinthe Potvin, donne la parole aux femmes dans deux époques en Italie.

Guillermina Kerwin, Catherine Allard et Caroline Lavigne (devant) et Fanny Mallette (derrière). (Crédit : Marlène Gélineau Payette)

En premier lieu, nous sommes projetés au coeur des années 1960 où quatre amies et mères, nous parlent de leur condition de vie, d'épouse et de femme sans oublier les incartades de certains maris... Les Italiens étaient (sont?) quand même reconnus comme étant de beaux spécimens de machisme. Nous sommes loin de l'homme rose québécois :)

Dans le deuxième acte, la parole est donnée aux filles des mères du premier acte. Elles ont dans la trentaine et ont embrassé chacune une carrière mais aucune n'a d'enfant. Nous pénétrons cette fois-ci dans l'univers de la femme moderne, dynamique, hyper occupée qui vit des relations différentes avec son homme. Autres époques, autres réflexions.

Est-ce que j'ai aimé?

Guillermina Kerwin, Catherine Allard et Caroline Lavigne au prmier acte. (Photo : Steve Leroux)

Ben évidemment que j'ai aimé ma soirée (comme le disait souvent le personnage de notre célèbre écrivain pistolois, Victor-Lévy Beaulieu).

Le décor, l'éclairage, la musique et les costumes ajoutent à l'expérience. À moins d'aller dans une soirée mondaine, on verra rarement quatre cartes de mode comme ces comédiennes. Quelle entrée originale!

Mais le plus important, ce sont évidemment celles qui les portent ces vêtements... Il y a une magie qui opère entre elles. Il y a le texte mais aussi beaucoup de non-verbal. Par moment, on oublie que nous sommes au théâtre tellement leurs propos et réactions semblent spontanés comme s'il s'agissait d'une conversation entre amies dans un café ou chez l'une d'elles.

De plus, à moins d'avoir habité la planète Mars depuis 1960 et même si l'action se déroule en Italie, on reconnaît immanquablement une de nos connaissances (notre mère, une tante, une soeur, une amie).

*petit bémol : Comparé au premier acte, j'ai trouvé que le propos du 2e acte restait légèrement sombre car l'on se demande ou l'on espère que finalement, l'une d'entre elles vivra une vie plus équilibrée. Toutefois, comme les quatre comédiennes sont particulièrement lumineuses, ce nuage gris s'effiloche facilement :)

Rencontre avec Catherine Allard

Un blogueur (et sa carotte) avec la merveilleuse actrice, Catherine Allard. Nous avons les yeux plissés car je vous l'ai dit qu'elle était lumineuse comme ses consoeurs... Pourquoi la carotte me demandez-vous? La réponse ci-dessous.

Avant d'assister à la pièce, j'avais demandé à Stéphanie Therriault, la responsable des communications au théâtre, de pouvoir rencontrer une des comédiennes afin de connaître leurs motivations et critères lorsque vient le moment de choisir une pièce ou un théâtre, surtout en été. Il faut croire que Catherine Allard a perdu à la courte paille car c'est elle qui s'est présenté le jeudi suivant.

D'entrée de jeu, je peux vous dire qu'il est facile de se noyer dans ses yeux et par la suite, avoir de la difficulté à poser des questions intelligentes. Mais ça, c'est mon joyeux problème!

Ceci dit, pour Catherine et ses collègues, jouer en été c'est évidemment du travail mais dans un cadre enchanteur, près du fleuve. C'est tout un combo auquel plusieurs comédiennes et comédiens auraient bien de la misère à refuser. Il ne faut pas oublier que ces comédiennes sont à l'oeuvre à compter de 17h et que par conséquent, elles n'ont pas de soirée, à tout le moins, comme la plupart d'entre nous l'entendons! C'est tout de même 4 à 5 heures de travail, cinq jours/semaine durant l'été. C'est lors des jours de relâche que le souper et le coucher de soleil deviennent enfin accessibles!

Catherine est à son quatrième séjour au théâtre du Bic. Elle a profité de ses étés pour parcourir la région et ses attraits (parc national du Bic, Jardins de Métis, la Pointe-aux-Anglais, Sainte-Luce-sur-Mer, les attraits à Rimouski). Cet été, le Canyon des Portes de l'enfer et le lac Saint-Mathieu sont à l'ordre du jour. En passant, elle apprécie tellement la région, les gens et le rythme de vie qu'elle est déjà revenue en hiver pour faire du ski de fond au Club des raquetteurs au sud de Rimouski.

Et les commentaires des autres chroniqueurs...

Et la carotte là-dedans?

La carotte n'a évidemment aucun rapport avec l'article ou la pièce. Il s'agit plutôt d'une réponse au défi que m'ont posé mes consoeurs blogueuses et le responsable du marketing de Tourisme Bas-Saint-Laurent. En effet, lors du tournage de nos petits vidéos de présentation, j'ai mentionné que «nous allions nous apprivoiser l'un et l'autre (les internautes) comme le Petit Prince, le renard et la carotte!». Nous avons repris le tournage à deux occasions et chaque fois, je suis revenu avec cette phrase. C'est là qu'ils m'ont mis au défi d'avoir une carotte avec moi lors de mes reportages. Pari tenu! Ça va vous coûter cher en produits alcoolisés régionaux mesdames et monsieur.

Je m'en voudrais de ne pas remercier Marie-Ève du Café La Brûlerie et Le Barista pour le prêt estival de cette carotte gigantesque. Je vous la rapporte à la fin de l'été, promis, juré!

Pour renseignements

Réservations : 418 736-4141
Le Théâtre du Bic est situé à 16 km à l’ouest de Rimouski
50, route du Golf, Le Bic
Du 5 juillet au 20 août 20h

De Cristina Comencini - Production Théâtre les gens d’en bas - Direction artistique Eudore Belzile - Traduction Jean Baisnée et mise en scène Jacinthe Potvin - Assistanat et direction de production Josée Kleinbaum
Avec Catherine Allard, Guillermina Kerwin, Caroline Lavigne et Fanny Mallette
Lumières André Rioux - Décor Geneviève Lizotte - Costumes Ginette Grenier - Environnement sonore Alexi Rioux

 

À propos du Théâtre du Bic et de la compagnie du Théâtre les gens d'en bas

Les Bas-Laurentiens le savent probablement mais vous, chers touristes, ne savez peut-être pas que le Théâtre les gens d'en bas, une des premières compagnies théâtrales en région nous a habitué à du théâtre de qualité, et ce, à longueur d'année, notamment en période estivale. Alors que plusieurs théâtres se tournent vers la comédie légère comme les feuilles qui tombent d'un arbre en automne, les pièces mise en scène ici, vous interpellent toujours, vous forcent à réfléchir sur le thème choisi, tout en gardant le sourire aux coins des lèvres.

Consultez le site Internet du théâtre pour la programmation 2011-2012, les heures d'ouverture, la carte Liberté et les directions pour vous y rendre.


Michel Hebert


Écrire un commentaire