ARCHIVES

extérieur-Mr.-James-web

Ok, je le sais, j'aurais dû écrire cet article il y a bien longtemps mais des fois, ça vaut la peine d'attendre afin de distiller les ingrédients d'une expérience des plus agréables, et en plus, personne ne m'a jamais appelé « Mon petit vite » (même pas ma conjointe)...

Par ailleurs, comme nous approchons de la Saint-Valentin mais plus important encore, de la période où vous planifiez vos prochaines vacances estivales, cet article tombe tellement bien (j'aurais dû utiliser cette argumentaire lorsque venait le temps de remettre mes travaux académiques en retard...).

Le document manuscrit racontant la légende ou l'histoire, si vous préférez, de Mr. James.

Ceci dit, j'aimerais vous parler de mon petit séjour à l'Auberge Mr. James et mon souper au restaurant Le Saint-Patrice en agréable compagnie en milieu d'automne dernier alors que je m'étais déplacé à Rivière-du-Loup à l'occasion du Noël en automne (voir autre texte).

Dans les faits, l'auberge et les restaurants, car il y a deux restaurants (Le Saint-Patrice et le Café-bistro Novello) dans le même édifice situé tout à côté de l'auberge, font partie d'un tout.

Le fondateur de l'entreprise, Adrien Boucher, a ouvert les portes du restaurant Le Saint-Patrice en 1984. Ce restaurant offre une cuisine française aux saveurs bas-laurentiennes. Il a par la suite ajouté le Café-bistro Le Novello pour faire la belle part à la fine cuisine italienne. Finalement, après des travaux de rénovation qui ont redonné son lustre à l'édifice, l'Auberge Mr. James accueillait ses premiers clients en 2005.

Vous pouvez d'ailleurs lire un très bon article sur les travaux de rénovation de la maison effectués par M. Boucher dans le magazine Maison Passion.

En 2008, l'entreprise est passée entre les mains de jeunes entrepreneurs de la région de Rivière-du-Loup oeuvrant déjà au sein de l'industrie touristique. C'est d'ailleurs un beau cas de relève entrepreneuriale.

J'ai littéralement fondu devant elle

On souhaitait que je profite de mon reportage sur l'événement Noël Chez-nous pour écrire un second texte sur les petites auberges romantiques et les soupers en tête-à-tête. Comme je savais que ma conjointe avant autre chose à son agenda cette même fin de semaine, j'ai remercié d'avance le responsable du marketing de Tourisme Bas-Saint-Laurent de me mettre dans une si joyeuse situation...

 

Photo de la verrière du Saint-Patrice (photo du site Internet - J'aurais eu trop de difficulté à tenir les fourchettes de la fondue, mon verre de vin et l'appareil photo...)

Prenant mon courage à deux mains et le reste de l'autre, j'ai donc invité Isabelle, une de mes bonnes amies, à m'accompagner pour le repas et à assister au feu d'artifice. C'était ma façon de la remercier pour tout le temps consacré à l'organisation de la plus récente Journée des communications du Bas-Saint-Laurent à La Pocatière au début de novembre. Je sais que c'est hors sujet mais j'aime rendre à César ce qui appartient à César.

J'aime bien manger et je sais apprécier ce qu'on m'offre. Par contre, comme mes talents culinaires sont limités (et c'est bien faible comme mot...), mon vocabulaire descriptif est limité. De plus, comme je suis végétarien (pas végétalien) depuis près de 30 ans (et oui, on prend du poids même en étant végétarien...), mes choix sont généralement un peu plus limités aussi.

Mais qui suis-je pour me plaindre puisqu'on nous a suggéré une fondue aux fruits de mer. Quelle merveilleuse recommandation! J'en ai encore l'eau à la bouche.

Après le doux potage en entrée, crevettes, pétoncles et saumon y sont tous allés d'un bain relaxant dans le bouillon avant de terminer dans l'océan de nos estomacs. Les mots me manquent pour vous décrire à quel point c'était succulent. Nous avons pris notre dessert un peu à la va-vite car nous devions nous rendre au parc du Campus-et-de-la-Cité, à quelques minutes de marche.

Ah oui, en parlant de végétarien (c'est une entrée en matière), si vous avez certains besoins ou restrictions alimentaires, le personnel de la cuisine peut tenter d'y répondre. Ils le font déjà par exemple en offrant un menu sans gluten.

J'ai dormi avec Mr. James

La chambre est assez longiligne mais ça lui donne un certain charme. Le bain sur pattes au au fond, tout à côté de la salle de bains.

Après le feu d'artifice, mon amie Isabelle a mis les voiles pour retourner chez elle et je suis retourné dans ma chambre. Mais c'est vrai, ce n'était pas exactement ma chambre mais plutôt celle-là même de Mr. James (c'est écrit sur la porte...).

Tout dans la maison est synonyme de chaleur : les couleurs, les boiseries, les rideaux, l'ameublement sans parler du foyer dans la chambre.

 

Je n'ai pas pris mon bain mensuel (je me suis contenté d'une douche si vous voulez savoir) mais vous auriez dû voir le magnifique bain sur pattes dans le coin de la chambre!

J'ai également connu mon moment de « rebirth » en entrant dans la chambre en voyant le grand coffre de voyages comme en avaient nos parents et grands-parents. Il paraît d'ailleurs que ce serait la malle de Mr James. En tout cas, c'est ce que j'ai lu dans son histoire (et un peu sa légende) dans le beau document manuscrit sur le bureau.

 

Première fois que je vois une cheminée avec des chenets en forme de carotte...

Comme je ne m'endormais pas après avoir passé la dernière heure (ou presque) à l'extérieur par un temps plutôt froid, je me suis assis dans un des deux fauteuils devant le foyer allumé afin de lire mon livre du moment. Et ce qui devait arriver, arriva! En deux temps, trois mouvements, je me suis assoupi. Lorsque je me suis réveillé, mon livre sur les genoux, j'ai regardé le foyer en m'attendant presque à voir le Père Noël ou la fée des étoiles (ce serait d'ailleurs ma préférence entre les deux). Et j'ai terminé ma nuit dans un lit vraiment douillet.

Mon séjour s'est terminé avec le petit déjeuner. Je croyais initialement qu'il fallait retourner dans l'un ou l'autre des deux restaurants mais quelle ne fut pas ma surprise de voir un nouveau membre du personnel arriver dans la maison pour me demander ce que je souhaitais manger. Maude, originaire de la Gaspésie, est une diplômée en cuisine, et c'est elle qui vient chaque matin préparer le petit déjeuner et faire le ménage des chambres. C'est vraiment un service personnalisé.

Alors, je termine en vous recommandant sans retenue aucune cet établissement, autant le Saint-Patrice que l'auberge. Vous serez bien heureux d'y avoir passé du temps. Informez-vous auprès du personnel pour les forfaits. À plus court terme, il y a aussi un menu spécial pour la Saint-Valentin.

Auberge Mr. James
167, rue Fraser
Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1E2
Tél. : 418 862-9895

Restaurants Le Saint-Patrice et Le Novello
169, rue Fraser
Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1E2
Tél. : 418 862-9895

Un seul site Internet pour les trois : www.restaurantlestpatrice.ca


Michel Hebert


Écrire un commentaire